Un lieu ouvert et accueillant

Nous avons commencé à répéter dans des bistrots ! C’était drôle mais peu pratique pour l’acoustique et la concentration. Au gré de nos sollicitations et de nos rencontres, nous avons finalement posé nos valises au temple du Hâ, à Bordeaux.

L’ensemble du Conseil de la Communauté Locale de l’Église Protestante Unie de Bordeaux, a été sensible à notre projet et nous a chaleureusement accueillis pour pouvoir tenir nos répétitions hebdomadaires dans une des vastes salles de l’édifice.

Gayté de Chœur - Chœur d'hommes amateur à Bordeaux

Une valeur partagée : le respect des différences

On pourrait s’étonner d’un tel lieu pour héberger une chorale gay-friendly ; on le serait moins si l’on savait que le temple du Hâ est un lieu vivant qui accueille d’autres associations laïques très actives. On s’en étonnera d’autant moins que notre association défend les principes de diversité et de tolérance envers les personnes LGBTQI+, tout comme l’Eglise protestante appelle à combattre la haine de l’autre, les discriminations, persécutions et violences de toutes sortes.

Chez Gayté de Chœur, nous ne nous préoccupons pas de la religion ou de l’absence de religion de nos membres, pas plus que de leur origine ethnique ou sociale, bien entendu. En nous accueillant dans un de ses lieux de culte, l’Eglise protestante nous renvoie aussi un message fraternel et universel. Ce message est une marque de respect envers notre association, la dignité de ses membres et la cause qu’ils défendent à travers le chant choral.

Le chant sacré : une résonance spirituelle

Le chant sacré, qui fait partie intégrante de notre répertoire, transcende le caractère purement religieux dans son expression cultuelle. Le sacré incarne davantage une dimension philosophique et révèle l’aspiration de l’homme à élever son esprit vers le beau et l’universel.

Notre choix artistique, peu commun il faut le reconnaître, fait écho à l’engagement affirmé de l’Église protestante de France en faveur de la bénédiction des couples homosexuels. La pasteure Valérie Mali a pu ainsi bénir, selon la constitution de l’Église, un mariage de même sexe en mars 2016, dans ce même temple du Hâ, ici, à Bordeaux.